La fumée qui cachait les vrais problèmes des casinos ! 
Les News des Casinos

La passion du Poker en ligne s'est emparée de vous? Suivez les conseils et astuces d'un excellent guide de poker en ligne qui vous permettra d'améliorer votre poker stratégie. Le lancement de votre propre site de Casino en marque blanche est une activité lucrative qui demande beaucoup de réflexion.

Depuis début 2007, l’interdiction de fumer dans les sales de jeux est devenue effectives et une chute du CA des casinos à été constatée.

Les résultats du 1er semestre 2007 font apparaitre une diminution de près de 20% du Chiffre d’affaires et les casinotiers imputent presque intégralement cette perte a cette nouvelle pratique et au casinos en ligne.

Mais qu’en est-il exactement ?



Pour mieux comprendre le mécanisme, il est intéressant de regarder ce qui s’est passé dans les casinos Monégasques. Depuis le 01 Novembre 2008, les casinos de Monaco appliquent la loi antitabac et l’étude des reports des jeux France vers Monaco pour les 10 premiers mois est intéressante, ainsi que la fréquentation actuelle de ces casinos après l’application de la loi.

Bien qu’entouré de plus de 15 casinos français, distants de moins de 50 Km, les casinos Monégasques n’ont pas enregistré une croissance très importante du chiffre d’affaires qui pourrait être liée aux joueurs fumeurs venant de France.
Actuellement, la fréquentation n’a pas particulièrement diminué, ce qui ferait penser que la loi antitabac n’a pas une influence aussi importante que voudrait le faire croire les casinotiers Français.

La situation que rencontrent les casinos français est plus profonde et stratégiquement complexe.
Pour mieux comprendre la désaffection des casinos par les joueurs, il faut faire un petit sondage auprès des joueurs dans lequel il ressort quatre grands thèmes principaux :
  • Le pouvoir d’achat qui diminue.
  • La proposition de jeux proposée par les casinos qui a peu changé depuis 20 ans.
  • Un divertissement devenu trop cher, les gains ne sont plus encourageants et s’apparente plus au Loto qu’à des petits gains « amusants » (voir taux de restitution moyen très inférieur à 90% pour tous les casinos Français).
  • Et surtout, pour les joueurs de poker, les jeux en ligne (internet).

Il est vrais qu’il faut prendre en compte la loi antitabac mais non pas comme étant la responsable des pertes de CA enregistrées mais comme le déclencheur de cette crise.

Le pouvoir d’achat :

Incontestablement, le joueur prend conscience de ses dépenses, de ses pertes et du coût de ses déplacements, ce qui le ralentit dans ses engagements financiers.

Proposition de jeux qui est restée sur un concept vieux de plus de cent ans pour les machines à rouleaux et de plus de 30 ans pour les Pokers.
Ne parlons pas des tables de jeux traditionnels, qui continuent à vivre dans un contexte des années 30.
Les gros joueurs désertent ces tables pour des « décors » plus en rapport avec leur image.
Bien entendu, il y a eu des évolutions, mais le joueur est aujourd’hui tellement habitué à des évolutions rapides dans sa vie quotidienne qu’il aimerait avoir des « révolutions » dans les jeux de casino.

Casino en ligne

Un divertissement devenu trop cher :

Les Casinotiers nous présentent le casino comme étant un lieu de divertissement où il est normal que celui qui a investi les moyens pour jouer perçoive un « droit de jouer ».
Cette proposition est très normale, tout utilisateur d’un moyen de divertissement paie un droit d’entrée et cette pratique est tout à fait acceptée, mais aujourd’hui au casino, ce droit de jouer atteint des taux très élevés.
Nous avons fait un comparatif des tarifs des divertissements qui sont proposés actuellement.

Tous ces tarifs (très approximatifs mais réalistes) sont ramenés en moyenne pour 1 heure de divertissement par personne.
  • Sortie en boite = 10€
  • Sortie dans un pub avec des amis = 15
  • Un cinéma  = 8€
  • Un bon restaurant = 30€
  • Une heure avec une « professionnelle » = 150€
  • Piloter une formule 1 = 200€
  • Casino sur machine à sous à 0,01 (en jeux mini = 100€
  • Casino sur machine à sous à 1 (en jeux mini ) = 200€
  • Casino sur machine à sous à 10 (en jeux mini) = 1000€
Le calcul est effectué avec un taux de restitution de 87% (moyenne nationale).

Cette étude met en évidence que le casino fait partie des divertissements les plus chers de toutes les propositions « décentes » faites à Monsieur tout le monde.

Ce qui n’était pas le cas il y a 20 ans, à cette époque, les casinos étaient en pleine évolution avec des taux de restitution plus élevés et surtout avec des gains plus modestes mais répartis de façons plus large. Cette situation permettait d’avoir un « divertissement » plus long et moins couteux, avec l’espoir de sortir du casino avec un petit gain.

Actuellement les machines sont calibrées pour donner un gain qui n’aura pas d’autre intérêt que d’être joué car pas assez élevé pour motiver un arrêt. Sauf, bien entendu, les supers Jackpots qui font la publicité des casinos.


Les casinos en ligne :

Très attractifs pour les joueurs de poker, ils apportent à domicile toutes les formes de Poker à tous les prix.
Pour beaucoup de joueurs « débutants » ces jeux en ligne permettent un apprentissage financièrement abordable, « compréhensif », adaptable à tous les joueurs, aux choix de la table, des joueurs,…
C’est une position d’anonymat, sans effort ni risque liés au déplacement et surtout avec une ouverture importante sur tout le monde du poker en fonction de ses moyens.
L’inconvénient principal étant le manque de contact « physique » ou visuel avec l’adversaire.
La lecture est très différente des tables « en dur ».

Les casinotiers semblent avoir pris conscience de ces problèmes et le concept des jeux en ligne entre à l’intérieur des casinos avec la première table de Poker automatique installée en Juillet au casino de la Siesta (Groupe JoaCasino) dans la salle des machines à sous.


Après cette investigation, peut-on continuer à incriminer uniquement la loi antitabac ?

Les revendications des casinotiers :


Le 19 Novembre 2008 des représentants des casinos français ont donnés une conférence de presse sur la crise financière qu’ils rencontrent actuellement.
Les casinos Barrière, Partouche, JoaCasino, Tranchant, De France et syndicat étaient représentés.

La Synthèse de la conférence est simple :

  • Les Casinos sont de gros récolteurs d’argent pour l’état et les collectivités locales.
  • Les Casinos font travailler près de 50000 personnes
  • Les Casinos sont trop taxés pour être rentable
  • Les Casinos doivent appliquer une réglementation très contraignante et coûteuse imposée par l’état.
  • Les Casinos sont dans un contexte de concurrence légale (Française des Jeux - PMU) et illégale (casinos en ligne).

Casino en ligne

Conclusion :

L’état doit prendre ses responsabilités pour permettre aux casinos d’être rentable avec des mesures à cours termes (2 ans de réduction de la fiscalité et allègement des réglementations) et des propositions à plus long terme.

Oui Mais !

Pourquoi ce secteur d’activité devrait-il être aidé plus que les autres acteurs de l’économie française ?
Sachant que pendant de très longues années les casinos français ont réalisé de très gros bénéfices permettant de donner de très gros salaires aux salariés (par exemple : dans les années 1980, un croupier qui travaillait 4 mois pour la saison d’été à Cannes pouvait se permettre de rester sans travailler le reste de l’année avec un pouvoir d’achat très au dessus de la moyenne française) et de distribuer des dividendes colossaux aux actionnaires.
« L’argent facile » récolté par les casinos pendant les années fastes, ne permet pas d’établir un standard de bénéfice, il faut que les casinotier acceptent d’avoir les rentabilités moyennes des entreprises françaises.
Quand une entreprise (hors secteur bancaire et on peut voir actuellement l’évolution de ces entreprises qui ont considéré la bourse comme un grand casino !) atteint 5 à 6 %, c’est un beau résultat, mais on est loin des 10 à 15 % dégagé en moyenne par les casinos français au cours des 10 dernières années.
Il serait souhaitable, pour la continuité de l’activité des casinos, que ce type d’enrichissement exceptionnel retrouve des valeurs plus « humaines ».
Il est bien évident qu’actuellement si les casinotiers espèrent les mêmes rapports de rentabilité, leur activité est irrémédiablement condamnée car cette « avidité » les conduit à diminuer les prestations (taux de restitution, temps de jeux, environnement et décors, services aux joueurs, cadeaux,…).
« L’avenir s’annonce morose » disent les dirigeant des casinos, mais cette morosité est le lot journalier le l’ensemble des entreprises françaises depuis bien des années.

Quelques chiffres sur l’emploi :
  • PSA : 200 000 Salariés + 110 000 Sous traitants
  • Renault Automobile : 130 000 Salariés + 80 000 Sous traitants
  • Grande distribution : 230 000 Salarié
  • L’artisanat : plus de 10 000 000 Salariés

  


Posté le par webmaster
"La fumée qui cachait les vrais problèmes des casinos !" | Connexion/Créer un compte | 0 commentaires
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !
 


 Top Max Cache NoActive Copyright Mentions légales PHP Maximus CMS